Investir dans la location immobilière

Les rapports concernant le retour des investisseurs locatifs sur le marché de l’immobilier résidentiel sont, bien que dans certains cas un peu trop optimistes, fondamentalement corrects.

« Certaines franchises signalent une augmentation de 40% des investisseurs en achat-location au cours de la dernière année », a déclaré un agent immobilier. « Cependant, nous commençons maintenant à voir ce que nous avons vu dans les époques précédentes, une tendance à se précipiter sans prendre suffisamment soin des enquêtes préliminaires. Dans ces conditions, l’investisseur obtient rarement le meilleur rendement.  »

Les précautions à prendre avant d’investir

Avant d’acheter un bien à louer, l’acheteur doit prendre la mesure évidente, mais souvent négligée, de vérifier la solidité du marché et la demande locative actuelle. Cela peut être fait en appelant une sélection d’agents de location dans la région.

Très souvent, un agent immobilier commercialisera une propriété en mettant l’accent sur son potentiel à donner de bons rendements locatifs. Mais cela ne devrait pas être suffisant pour l’investisseur moyen, surtout s’il paie une caution sur la propriété et qu’un flux de trésorerie immédiatement satisfaisant est important.

La sélection des locataires

L’investisseur doit également savoir qu’un soin particulier est apporté à la sélection des locataires. Faire appel à l’aide d’un agent de location expérimenté ici est un texte fort que tous les propriétaires devraient prendre. Bien que cela puisse entraîner la perte d’un ou deux mois de location alors que l’unité est vide, le processus de sélection ne doit jamais être précipité.

Dans le marché actuel, le propriétaire et/ou son agent de location peuvent se retrouver avec quatre ou cinq candidats potentiels parmi lesquels choisir. Les dossiers de crédit, de location et d’emploi antérieurs doivent tous être vérifiés.

Soyez prudent

Il est conseillé aux propriétaires de faire preuve de prudence lorsqu’ils traitent avec les locataires qui proposent de payer bien au-delà du loyer demandé ou de signer un bail plus long.

« Notre expérience a montré que ces personnes se révèlent souvent être des personnes qui ne sont pas particulièrement douées pour gérer leur argent et peut-être même pas leur carrière. Ils ont alors une mauvaise tendance à faire partie des 28% qui paient en retard, paient partiellement ou ne paient pas du tout. » selon l’avis d’un expert.

Le locataire qui dit qu’il loue maintenant dans l’espoir d’acheter ce bien à une date ultérieure devrait également être traité avec prudence. Bien que cette affirmation puisse être vraie, elle ne devrait en aucun cas influencer le choix du propriétaire, même s’il envisage de vendre son logement à un moment donné.

La relation entre le propriétaire et le locataire

Les statistiques indiquent que les payeurs les moins fiables sont ceux qui paient des loyers inférieurs à 400 euros par mois et supérieurs à 1 500 euros par mois. Un énorme 16% dans cette dernière catégorie ne paie pas du tout. Néanmoins, dans l’ensemble, les statistiques indiquent clairement que les actifs achetés en vue de la location sont un investissement intéressant.

Une fois qu’un bon locataire a été trouvé, le propriétaire et/ou son agent devraient le connaître personnellement et rester en contact.

Dans la relation idéale, le locataire sera en mesure de discuter de tout problème financier ou autre qu’il pourrait rencontrer et éventuellement de trouver une solution avec son propriétaire.

Gardez vos bons locataires heureux

Tous les efforts, devraient être faits pour garder de bons locataires. Dans le marché actuel, cela pourrait bien signifier limiter les augmentations annuelles de loyer à un maximum indexé sur l’inflation de 8%. « Les propriétaires avides perdent souvent de bons locataires, qui n’ont généralement aucune difficulté à trouver des locaux alternatifs. »